Her


he

Réalisé par : Spike Jonze

Année : 2014

Note : 8/10

Site officiel : Her

Achat : Amazon, Fnac


Enfin une vraie histoire d’amour, qui prend tout en compte et ne saute aucune étape. Jonze nous offre un récit extraordinaire qui sort de l’ordinaire.

Il nous fait rentrer dans son univers visionnaire, la voix de Scarlett Johansson nous porte dans l’histoire, gravitant autour de Joaquin Pheonix.

We are only here briefly, and in this moment I want to allow myself joy

Depuis le grand coup de théâtre que nous avez réservé Pheonix dans « I’m Still Here » réalisé par Casey Affleck en 2010, il n’arrête pas de se surpasser de film en film. Là encore, c’est réussi. Il se met dans une situation impossible et la transforme grâce aux émotions qu’il arrive a faire ressentir avec facilité au spectateur.

Spike Jonze a confié qu’avant même d’entamer l’écriture du scénario, il avait trois idées fixes pour le rôle principal. Il l’appellerait Théodore, il aurait une moustache et porterait des pantalons tailles hautes. C’est quand Joaquin Pheonix a mis l’un de ses pantalons que Jonze a immédiatement su qu’il tenait le look parfait.

I think anybody who falls in love is a freak. It’s a crazy thing to fo. It’s kind of like a form of socially acceptable insanity

Capture d’écran 2015-06-18 à 11.52.17

Jonze a cette capacité à combler des vides tout en laissant des blancs.

Phoenix a la capacité de jouer la cristallisation amoureuse.

Johansson a cette voix obsédante, suave et sexy.

Le tout réuni donne un film rempli d’amour, de solitude et de vie. On aime le film pour les coups de théâtre qui font prendre au film des nouvelles direction.

The heart is not like a box that gets filled up; it expands in size the more you love. I’m different from you. This doesn’t make me love you any less. It actually makes me love even more.

Ce film serait-il une prédiction sur un futur proche ? Ne sommes-nous pas proche de l’univers du film, ou l’intelligence artificielle, nous fera la conversation ? Nous rendra heureux ? Nous fera oublier nos chagrins, notre solitude ? Sommes-nous près à accepter qu’une machine soit plus proche de nous qu’un humain ? Ou sont nos limites ?

She’s not just a computer

 Voir aussi : Lost in translation, CasablancaFrankie & Johnny

Catégories :CinémaTags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

12 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :