Quatre mariages et un enterrement


81KfagakvHL._SL1500_

Réalisé par : Mike Newell

Année : 1994

Note : 4/10

Achat : Amazon, Fnac


A toast before we go into battle. True love. In whatever shape or form it may come. May we all in our dotage be proud to say, « I was adored once too. »

Entre moi et ce film c’est l’incompréhension totale, est-ce moi qui ne le comprends pas ou lui qui ne me comprend pas ? Plus le temps passe, plus on s’éloigne, nous n’avons jamais réussi à emprunter le même chemin, et pourtant, il avait tout pour me plaire…

On y découvre l’histoire de Charles, trentenaire au sourire ravageur qui fait tomber toutes les filles sans jamais en retenir une plus d’une nuit, entouré de sa bande d’amis aussi perdus que lui dans leurs vies sentimentales, tout ce petit groupe passe de mariage en mariage, pour y jouer les invités ou les témoins. La belle institution du mariage est devenu pour ses amis de longue date en manque d’affection, une forme de torture contre leur propre bonheur. Comment faire pour ne pas passer à coté de l’amour ? Comment croire au mariage ? Charles ne le sait pas et quand il tombe amoureux de la belle Carrie, une américaine complètement libérée, il la laisse filer, recevant ainsi quelques mois plus tard, la torture ultime d’être invité au mariage de celle-ci.

Porté par beaucoup d’autodérision, ce film possède une force comique indubitable, passant de l’humour noir à l’humour vache, par de beaux sentiments mais aussi des tristes, cette comédie romantique fait un portrait convainquant de l’anti-macho des années 90.

Quatre mariages et un enterrement s’est imposé comme le troisième plus gros succès de l’année 1994 en France, il recevra également le César  du meilleur film étranger, mais c’est avant tout le début d’un cycle, celui d’Hugh Grant qui s’imposera comme l’archétype même du séducteur célibataire qu’on aime. Malheureusement pour moi, la séduction n’a pas opéré, le film ne me fait plonger que dans un univers d’ennui laissant la romance de coté, peut-être qu’un jour lui et moi, on se rencontrera enfin sur le même chemin.

Excuse me. I think I had better be where other people are not

Voir aussi : Coup de foudre à Notting Hill

Catégories :CinémaTags:, , , ,

6 commentaires

  1. J’ai un bon souvenir de ce film personnellement, mais je ne te jette pas la pierre loin de là. Parfois les histoires ne se font pas… Et un jour on revoit le film dans un autre contexte et ça parvient à accrocher quelque chose de personnel. 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :