Le vendredi en série


le vendredi en serie


Le bruit de couloir suspect (3)


Genre: Science-Fiction   Année: 1989   Durée: 45min   Chaîne: NBC   Note: 7/10


Code Quantum c’est l’histoire d’un brillant scientifique qui va se retrouver pris au piège de sa propre invention, c’est l’histoire d’un homme qui va se retrouver chaque semaine dans un nouveau corps et une nouvelle époque, c’est l’histoire d’un homme qui va réparer des erreurs passées, c’est l’histoire d’un homme bloqué dans le continuum espace-temps…

Un saut quantique expliqué de façon grossière, représente le passage soudain d’un état à un autre sans suivre la « ligne » d’évolution naturelle des choses. Donald P. Bellisario voit en ce principe le point de départ idéal pour créer une série qui restera en mémoire, il trouvera aussi son inspiration dans des films comme Le défunt récalcitrant (1941) où encore Le ciel peut attendre (1978). Mais c’est l’acteur Scott Bakula qui aura la lourde tâche de faire croire au spectateur qu’il voyage vraiment dans le temps tout en interprétant des personnages divers et variés.

Code Quantum aborde le voyage dans le temps de façon simple en évitant tout problème de paradoxe temporel en utilisant une simple phrase qu’on entendra  à chaque début d’épisode « en essayant de réparer les erreurs passées… » cette simple phrase soulève l’idée que le héros considère qu’il rétablit ce qui aurait dû se produire originellement. Malgré tout le créateur ne s’arrête pas là et s’impose des règles (qu’il transgressera seulement dans sa dernière saison) comme ne jamais s’impliquer dans de grands évènements historiques ou ne jamais échanger l’esprit de son personnage avec des personnalités connues. C’est grâce à ce genre de règles que la série deviendra un petit succès incontournable rempli d’humanité qui évitera les interminables paradoxes temporels et autres erreurs.

Une idée de génie qui aura permis d’introduire des scénarios romantiques, comiques, sportifs et juridiques à la série, le danger aurait pu être de lasser le spectateur avec des scénarios un peu trop redondant avec le temps heureusement Donald P. Bellisario aura une autre idée de génie qui évitera avec brio ce piège en introduisant une profonde amitié entre Sam et son hologramme Admiral Al Calavicci qui se développera au fil des saisons et se transformera en fil rouge pour la série.

On ne pourra pas nier le côté religieux assumé des deux premières saisons qui heureusement s’estompera progressivement pour laisser place à des interrogations plus universelles qui ne prendront jamais le dessus sur des thèmes plus concrets comme le traumatisme de la guerre, le sexisme, la justice ou encore le respect des différences.

Code Quantum s’achèvera sur un épisode émouvant et énigmatique qui n’était pourtant pas destiné à être une conclusion, laissant aux spectateurs un espoir de voir renaître un jour ce duo extraordinaire qui nous aura fait vivre un grand voyage. Les bruits de couloir disent que Donald P. Bellisario aurait écrit le script d’un long-métrage, notre héros reprendra-t-il ses voyages dans le temps une dernière fois, seul le temps nous le dira…

Capture d’écran 2019-10-03 à 10.08.08

Catégories :Le vendredi en sérieTags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :